Traders of Osaka

La capitale demande toujours plus de marchandises. Toujours plus de livraisons. Moi, marchand d’Osaka, je prends la mer tous les jours pour mes clients. Pirates, naufrages, tempêtes et autres surprises des océans. Je suis payé pour tout cela. Mais insuffisamment au regard de risques pris pour eux. Et la concurrence ! Rude, ferme et sans pitié. Ferais-je fortune sur les mers ? Ou devrais-je fermer ma boutique ?







Age Durée Joueurs Sortie
13+
30'
2 à 4
2015

But du jeu

Vous devez gagner le plus de points de victoire (PV) possible.

Mécanisme

Le plateau se décompose en 3 zones : la mer d’Osaka (placement et déplacement des bateaux de commerce), la ferme (avec une pile de pioche et 3 cartes face visible) et le marché (avec la défausse et des cartes face visible).

A votre tour de jeu, vous pouvez réaliser l’une des 3 actions suivantes :

Les cartes servent à 3 choses : l’argent (valeur en haut à gauche de la carte), les marchandises (couleur de la carte) et les assurances (cartes de valeur 2 et 3).

D’accord, je comprends l’argent et les marchandises, mais à quoi sert « l’assurance » ?
Les cartes possédant l’icône « Assurance » vont vous permettre d’ « assurer » des marchandises ayant la même couleur que la carte assurance. « Assurer » un type de marchandise vous garantit l’arrivée à bon port de cette marchandise.

Pourquoi une marchandise n’arriverait-elle pas ?
Au moment de la phase de salaire, tous les bateaux se trouvant sur les zones « ondes » sont coulés et perdent toutes leurs marchandises non assurées.

Reprenons le cours du jeu.
Si vous choisissez d’acheter des marchandises, vous devez les payer avec les cartes de votre main. Celles-ci possèdent des valeurs d’argent allant de 2 à 5. Vous devez acheter toutes les marchandises disponibles sur le marché. Une fois la transaction faite, vous placez les marchandises face visible devant vous. Vous devez également déplacer les bateaux correspondant. Par exemple, vous achetez 2 jaunes et 1 rouge. Vous déplacez alors le bateau jaune de 2 cases et le bateau rouge d’une case.

Sinon, vous pouvez prendre des sous. Pour cela, vous prenez 1 carte non réservée du marché et vous la placez dans votre main.

Dernière possibilité, vous pouvez réserver une carte du marché (ou de la ferme). Ainsi, vous seul pourrez prendre/acheter cette carte au prochain tour.

Le joueur suivant prend alors le relais. Il doit alors « recharger » le marché en déplaçant les 3 cartes de la ferme vers le marché et piocher 2 cartes à placer face visible sur le marché. Ensuite, il pioche 3 cartes qu’il place face visible sur la ferme. Enfin, il entame son tour.

Tu parles du « jour de paie », en quoi cela consiste réellement ?
Le jour de paie se déroule en 3 phases :

Pour le décompte des PV, vous prenez la valeur la plus élevée de la carte marchandise vendue que vous multipliez par la quantité de cartes de cette marchandise que vous vendez. Ce total est ensuite arrondi au plus proche de 5 ou 10 pour déterminer la valeur totale de votre marchandise. Tous les cinq points, vous prenez une carte comme un PV.

Par exemple, vous vendez 3 carte rouges (valeurs 2, 2, 5) et 1 carte jaune (valeur 2). Alors vous gagnez : 3 cartes x valeurs 5 + 1 carte x valeur 2 ce qui donne 17 pièces. Vous gagnez 1 PV par tranche de 5, donc vous avez obtenus 3 PV.

Fin de partie

Après l’étape 2 du paiement (acquisition des jetons de réussite), si au moins 1 des joueurs possède 8 jetons réussite, alors la partie prend fin. Le décompte des points se faisant sur les PV gagnés.

Matériel

1 plateau de jeu, 108 cartes (27 par couleurs, se décomposant en 11 cartes de 2 pièces, 9 cartes de 3 pièces et 7 cartes de 5 pièces), 47 jetons de réussite (12 par couleurs), 4 navires, 4 marchands et 4 jetons pour réserver les cartes.

Mon avis

Un jeu sympa qui demande plus de réflexion qu’il n’y parait. Abordable pour des joueurs novices, ce jeu peut satisfaire tout type de joueurs.

Editeur(s) Auteur(s) Illustrateurs(s)
- Filosofia - S. Kawasaki - A. Kanaani

Libellés : , , , , , , ,